poêle a bois Godin

Choisir un poêle à bois… par quel bout commencer ?

Poêle à bûches, à granulés ou mixte, rendement, puissance de chauffe, aides de l’État…, les critères pour bien choisir un poêle à bois sont complexes. Le point avec Bricotest tout de suite pour y voir plus clair.

Quel besoin : chauffage d’appoint ou chauffage principal ?

La première question à se poser est : pourquoi ai-je besoin d’un poêle à bois ?

 

Chauffage d’appoint : poêle à bûches VS poêle à granulés

Le traditionnel poêle à bûches

Pour un chauffage d’appoint, un simple poêle à bûches suffit. S’il ne permet pas de chauffer un logement en entier, il est idéal pour augmenter rapidement la température d’une pièce (cuisine, salon). Sa chaleur par rayonnement thermique est en outre très agréable. Certains modèles, avec four et/ou plaque de cuisson/chauffe-plat, permettent même de cuisiner, à l’instar des cuisinières d’antan !

Sachez toutefois qu’un poêle à bûches fonctionne mieux à plein régime. Sa combustion est en effet plus complète. Au ralenti, ses performances se dégradent et il consomme davantage de bois ; résultat : il s’encrasse et dégage de nombreuses particules fines. Ne fermez pas les arrivées d’air mais choisissez au contraire un modèle adapté à votre superficie.

Ainsi 3 critères sont importants pour bien choisir son poêle à bois d’appoint :

Besoins : flambées occasionnelles, chauffage d’appoint du salon tout l’hiver, remplacement à terme d’une vieille chaudière avec circuit chauffage central ou autre type de chauffage…

Superficie pièce à chauffer et rendement : nul besoin de sortir l’artillerie lourde pour une petite surface ou un vaste salon isolé aux dernières normes et bien ventilé. Un poêle de quelques kilowatts suffit.

Rendement : sachez qu’un poêle à bois de 1 kW/h, pas trop ancien et en bon état, permet de chauffer environ 10 m². Mais, pour obtenir la Prim Renov’ pour ménages « Modestes » et « Très modestes » de l’Anah, votre poêle à bûches doit avoir le niveau Flamme Verte « 7 étoiles » ou équivalent. Son rendement doit ainsi être supérieur ou égal à 75 %. Avec des émissions de CO (monoxyde de carbone) ≤ à 0,12 % et des particules fines ≤ à 40 mg/Nm3.

Cf Plafonds de ressources pour en bénéficier. Sachez qu’en 2021, tous les ménages, sans conditions de ressources, pourront normalement en bénéficier !

Le poêle à granulés ou à pellets

poele granulé hoben
poêle granulé hoben

Le poêle à pellets, tout comme le poêle à bûches, est une excellente solution de chauffage d’appoint. C’est beaucoup plus économique que l’électricité, le fioul et même le gaz. Les rendements annoncés des derniers modèles correspondent bien à ceux annoncés. En optant pour un poêle labellisé flamme verte, vous bénéficiez en outre d’une prime très intéressante.

Critères du label 7 étoiles pour les poêles à granulés :

rendement énergétique ≥ à 90 % ;

émissions de CO ≤ 0,02 % ;

émissions de particules fines ≤ 30 mg/Nm3.

 

Et le gagnant est ?

Vous constatez, qu’à qualité égale, le poêle à granulés est plus performant. Mais ce ne sont pas là ses seuls atouts :

 

 

 

  • La manutention, une fois les sacs entreposés au sec, est plus facile.
  • Son autonomie, grâce à son réservoir, est bien plus importante : jusqu’à 24 heures voire plus, contre 5-6 h pour les bûches.
  • L’allumage, automatisé et programmable, évite de se lever au petit matin dans une maison froide !
  • Faible émission de polluants.
  • Poêle à granulés à convection naturelle (sans moteur de soufflerie) = bruit minimum et chaleur comparable au poêle à bûches
  • Régulation de la température.

Il existe aujourd’hui des poêles à granulés sans électricité ! Ce qui évite de se retrouver sans chauffage au pire moment. Comme pour le poêle à bûches, allumage et extinction sont manuels. Tout comme la gestion de la puissance de combustion. Son avantage par contre : une meilleure autonomie grâce à un système de descente automatique des granulés par gravité… Il existe aussi certains modèles avec inertie, avec une chaleur plus douce et durable. Attention cependant à bien vérifier la taille du réservoir, en kilos : 7, 12, 15, 25…! Parfois, il s’agit d’un simple réceptacle !

Se décline en différentes versions :

/ avec ou sans ventilateur : versions classiques ;

/ canalisable : idéal pour le chauffage de plusieurs pièces via des gaines et un deuxième ventilateur (coût des travaux plus élevé toutefois).

 

Atouts du poêle à bûches :

Une chaleur douce, homogène et enveloppante par rayonnement thermique incomparable.

Combustible le moins cher du marché (4 centimes/kWh brut le bois bûche contre 7 pour les pellets). Le prix des bûches varie cependant selon plusieurs critères :

/ Type de bois : groupe 1 – feuillus durs (charme, chêne, hêtre, frêne…), groupe 2- bois tendres (acacia, arbres fruitiers, châtaignier, merisier…) et G3 résineux (épicéa, sapin, pin…).

/ Taux d’humidité : plus les bois sont secs, plus leur rendement est performant ; les bûches classées H1 (taux d’humidité ≤ 20 %) sont prêtes à l’emploi ; par contre, celles classées H2 ont besoin d’un stockage au sec avant utilisation.

/ Longueur de bûches : si vous pouvez re-tronçonner, optez pour des bûches de 1 m, moins chères. Plus il y a de coupes (et donc de manutention), plus les bûches sont chères.

Silencieux et fiable. Fonctionne en cas de panne électrique !

Moins cher à la pose que le poêle à granulés.

Pas de gagnant ou perdant dans ce face à face. Tout est fonction de vos exigences et besoins. Sachez que vous pouvez opter pour un poêle mixte bois/granulés qui combine les atouts des 2 types de chauffage : côté chaleureux, indépendance énergétique, moins de corvée de bûches… S’il est plus cher à l’achat qu’un poêle pellets classique, l’utilisation 50/50 bois/pellets permet d’amortir le coût.

 

Quel poêle à bois choisir pour un chauffage principal ?

Contrairement aux idées reçues, un poêle à bûches peut tout à fait constituer un système central de chauffage.

Si la RT 2012 (et bientôt la RE 2020) impose dans les logements neufs un chauffage automatique et un modèle ‘étanche’* , en rénovation rien ne vous y oblige. Les dernières innovations technologiques ainsi que la diversité des modèles permettent aujourd’hui de chauffer toute la maison au bois bûche. Et de faire ainsi des économies.

*l’air utile à la combustion est puisé à l’extérieur de la pièce (dehors, vide-sanitaire).

 

Poêle à double combustion à bûches ou granulés

Son principe : une performance accrue grâce à un système de 2 arrivées d’air dans 2 chambres distinctes ; la première facilite l’allumage ; la seconde brûle les gaz émis, diminuant les rejets toxiques et augmentant le rendement énergétique.

Combiné à un système de distribution de l’air chaud via un réseau de canalisations et un puissant ventilateur, ce poêle dit ‘canalisable’ peut chauffer une maison de 100 m² et plus.

Poêle à bois de masse

poêle de masse
poêle de masse Hiemstra

Aussi appelé poêle à longue inertie ou encore poêle à accumulation, le poêle de masse est une bonne solution. Il fonctionne, sans électricité, aussi bien avec des bûches que des pellets. Malgré cela, certains modèles sont autorisés en neuf. Renseignez-vous.

Son principe : des matériaux accumulateurs (béton réfractaires, briques, terre crue…) qui stockent la chaleur et la restituent par rayonnement, progressivement. Une grosse flambée le matin suffit à tenir la journée.

Poêle turbo

Ce poêle à post combustion fonctionne comme celui à double-combustion. Son rendement est tout aussi bon.

Son principe : 2 arrivées d’air qui arrivent dans une seule chambre de combustion. L’air primaire arrive dans le bas du poêle pour l’allumage. L’air secondaire, au milieu, pour les gaz imbrûlés.

 

 

Poêle à bois hydro

Appelé également poêle bouilleur, ce poêle à bois (bûches ou pellets) possède le même fonctionnement qu’une chaudière. Il transmet une grande partie de sa chaleur à l’eau qui est ensuite acheminée à des radiateurs, un chauffe-eau, un plancher chauffant…

Certains modèles hydro-ventilés puissants permettent de chauffer jusqu’à 200 m² et plus. L’installation est toutefois complexe. Il est impératif de faire appel à des installateurs certifiés (RGE Qualibois « Air » et « Eau »)

 

Faire le bon choix n’est pas toujours aisé dans un marché du poêle à bois en pleine expansion. Que vous optiez pour un chauffage au bois pour des raisons idéologiques, écologiques ou encore économiques, prenez votre temps. Comparez les offres. Renseignez-vous sur le prix des bûches et des granulés dans votre région. Faites marcher le bouche à oreille…