Peinture : le b.a.-ba

Un petit topo pour ceux qui décident de se mettre à la peinture : pinceaux, brosses, rouleaux, peintures…simple en apparence, la peinture est en fait un poste clé de la finition et qui demande une bonne technique…

Quel pinceau pour peindre ?

Tout comme la qualité de la peinture, un bon pinceau est essentiel pour l’uniformité de la couleur. Pour débuter, il est essentiel d’utiliser un pinceau neuf (que l’on aura fait tremper avant) ; il ne perdra pas ses poils et sera conforme à la souplesse souhaitée.

Le choix de la taille d’un pinceau et de sa matière est fonction de la surface à peindre. Plus le pinceau est petit, plus il est adapté aux travaux de précision. Au contraire, plus il est large, plus il permet de peindre des surfaces importantes.

Les pinceaux sont de deux types : plats ou ronds.

> Pinceaux plats

Appelés aussi brosses plates, les pinceaux plats sont les plus utilisés pour la peinture sur des surfaces restreintes, la lasure, le vernis ou encore le laquage. Pourvus de poils naturels ou synthétiques (parfois aussi les deux : Kevrin), ces pinceaux disponibles en différentes épaisseurs sont parfaits pour tous les types de surfaces, y compris celles qui présentent des irrégularités ou des reliefs, les endroits exigus ou difficiles d’accès…

Dans cette gamme, on trouve aussi les brosses rectangulaires à peindre ou ‘spalter’ (peintures épaisses, joints entre les briques, matériaux bruts…), les pinceaux pour radiateurs (avec coude et longue poignée pour endroits difficiles d’accès), les pinceaux pour vitrifier aux poils très longs, etc.

> Pinceaux ronds

Les pinceaux ronds s’utilisent pour de plus petites surfaces et les surfaces irrégulières (crépi, moellon…). Les pinceaux ronds de petite taille sont parfaitement adaptés aux travaux de précision (châssis de fenêtres, finitions de meubles…). Comme les pinceaux plats, les pinceaux ronds sont disponibles en différentes épaisseurs et pourvus de poils naturels et/ou synthétiques.

 

Poils naturels ou synthétiques ?

Les pinceaux avec poils naturels sont plus onéreux à l’achat. Fabriqués le plus souvent avec des poils d’origine animale (martre, petit-gris, oreille de bœuf, soie de porc…), ces pinceaux offrent une meilleure rétention de l’eau et de la couleur même si aujourd’hui certaines marques de pinceaux synthétiques rivalisent. Très souples, les poils naturels conservent également bien leurs formes.

Les pinceaux avec poils synthétiques sont quant à eux réputés pour leur très grande résistance à l’usure. Ils sont aussi plus faciles à nettoyer.

Ces deux types de pinceaux s’utilisent aussi bien avec la peinture à l’eau qu’avec l’acrylique. Quel que soit votre choix, préférez une virole (ce qui tient les poils) en acier inoxydable (meilleure durabilité) et un manche en bois brut.

pinceaux

> Avis Bricotest

Plus que le type de poils, c’est surtout la taille du pinceau qui est importante lorsque l’on débute en peinture. Elle doit être adaptée à la taille du support. Choisissez des pinceaux plats avec des poils assez longs et souples qui permettent à la peinture de bien s’écouler. Évitez les poils trop durs qui laissent des stries ou à l’inverse des poils trop souples qui ne permettent pas de bien étaler la couleur. Ne prenez pas des pinceaux bas de gamme pour une peinture qualitative…

Très important : le nettoyage des pinceaux. Il doit être rigoureux si vous voulez conserver dans la durée vos pinceaux. L’essorage est une étape à ne pas négliger non plus. Quand au rangement, le mieux est de suspendre les pinceaux.

Utilisation des rouleaux ?

Pour des surfaces plus importantes (mur, plafond, sol…) et un travail de qualité rapide, on utilisera le rouleau à peinture. Fabriqué en matériau naturel ou synthétique, à poils longs (surfaces rugueuses à avec léger relief) ou courts (surfaces lisses), le rouleau est disponible en différents modèles selon les besoins :

  • rouleau universel,
  • le rouleau anti-éclaboussures,
  • un rouleau à laquer,
  • des rouleaux à structure,
  • rouleau à vernis,
  • rouleaux à tapisser,
  • le rouleau à deux composants,
  • mini-rouleau, etc.

On l’utilise avec un manche court, rallongé ou carrément avec un manche télescopique additionnel, un camion et une grille d’essorage.

rouleau peinture

 

Quelle peinture ?

Comme pour les pinceaux, il existe une multitude de peintures et il est parfois difficile pour un(e) novice de s’y retrouver.

Le type de peinture est fonction du matériau de destination (bois, plâtre, carrelage, béton, papier-peint, etc.) mais aussi de la localisation : salle-de-bain, cuisine, intérieur, extérieur, chambre, murs/plafonds… Une peinture de salle-de-bain résistera ainsi mieux à l’humidité qu’une peinture pour la chambre par exemple.

Vous trouverez sur les pots toutes les informations concernant le type de support et l’usage pour faire votre choix de peinture.

Autre critère de sélection, la qualité de la peinture. En règle générale, moins la peinture est chère, moins elle est couvrante. Du coup, vous risquez de devoir en passer 3, 4 voire 5 couches !

 

Acrylique, alkyde, époxy, glycéro, naturelle ?

Sans odeur, adaptée à tous les revêtements et pièces intérieures de la maison (y compris la salle de bain), la peinture acrylique est plébiscitée pour la rénovation intérieure. A base d’eau, de pigments et résines, elle couvre parfaitement. Les pinceaux se nettoient facilement.

Plus résistante dans le temps, très couvrante et parfaitement lessivable, la peinture glycéro s’applique avec parcimonie ; elle dégage à l’application de fortes odeurs et émet des vapeurs toxiques. Il est recommandé de ne pas l’utiliser dans les pièces à vivre.

La peinture alkyde, à base d’eau, de résine alkyde et de liant uréthane, elle est émet peu d’odeur et est plus résistante que la peinture acrylique. Son prix est un peu plus élevé.

La peinture époxy quant à elle à base d’huile est la peinture la plus résistante. Elle s’utilise aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, sur n’importe quel type de support. Inconvénients : le prix et sa nature très polluante.

Toutes ces peintures sont disponibles en finitions mates, satinées ou brillantes.

 

> Avis Bricotest

Sans COV, les peintures naturelles sont adaptées à toutes les pièces de la maison. Utilisez-les dans les pièces à vivre et les chambres.
Inconvénients : leur prix et leur durée moindre dans le temps.

pot peinture

Préparation du support et mise en œuvre ?

Le support doit être parfaitement dépoussiéré, dégraissé et propre. Bouchez les trous au besoin et poncez les aspérités pour avoir un résultat peinture final optimum. Protégez le sol et/ou les zones attenantes qui ne doivent pas être peintes avec du scotch spécial peinture (adhésif ou ruban de masquage).

Évitez de peindre lorsqu’il fait trop froid ou à l’inverse trop chaud (ne peignez jamais au soleil). Suivez les conseils notés sur les bidons de peinture qui peuvent être différents selon les types de peintures et les marques.

Effectuez une sous-couche de peinture (ou peinture d’apprêt, primaire d’accrochage) si nécessaire : surface qui absorbe la peinture, support vernis, éclaircir une couleur foncée, etc. Chaque type de support à son type de sous-couche.

 

> Avis Bricotest

Lorsque l’on débute dans la peinture, il vaut mieux ne pas sauter cette étape qui vous permettra de peindre sans laisser de trace et donc un résultat final optimum.

Laissez sécher la sous-couche le temps indiqué en fonction des conditions (humidité, température…) puis appliquez la première couche de peinture en veillant à bien étaler la peinture pour éviter les coulures (surtout si le support est vertical). Respectez bien le temps de séchage avant d’effectuer la 2nde couche de peinture.

Pour les grandes surfaces, utilisez un pinceau plat ou rond pour les endroits plus difficiles et le rouleau pour le reste en peignant de haut en bas. Peindre en une seule fois pour éviter les lignes de démarcation.

Notre avis