cabane autonome auvergne

Construction d’une cabane autonome en Auvergne

Voici la réalisation d’une cabane autonome en Auvergne, de 20 m², réalisée en grande partie avec des matériaux locaux à l’exception de la plate-forme et de la toiture pour lesquelles des matériaux industriels ont été utilisés.

cabane autonome auvergne
cabane autonome auvergne

 

Pourquoi construire une cabane autonome?

Le pari était de construire une petite habitation seul en moins de trois mois, pour moins de 7000 € (sans le prix du foncier bien entendu) qui puisse accueillir deux personnes à l’année. Pour ce faire tout en gardant un confort de vie acceptable, il fallait utiliser le maximum de matériaux locaux gratuits, de la récupération, mais également des matériaux contemporains garantissant une durée de vie très longue, et une manutention ne demandant pas d’engins. Tout a donc été fait à la main à l’exception de la préparation des plates-formes (terrassement) pour lesquelles une mini pelle a été louée une journée.

La plate-forme qui accueille la cabane autonome ronde, a été posée sur pilotis béton (tourné et coulé à la main sur place). Les poutres en I, m’ont permis grâce à leur faible poids de les transporter et de les manipuler seul. L’isolation du sol a été faite sur l’épaisseur des poutres en I soit 30 cm, d’isolant cellulose. Un plancher en bois brut a été cloué sur le dessus pour accueillir les murs.

 

cabane autonome
cabane autonome

 

J’ai choisi de faire une cabane ronde dans cette région où les hivers sont rudes car c’est la forme la mieux adaptée pour lutter contre les déperditions de chaleur. Toute la structure porteuse est réalisée avec de petits troncs coupés sur la parcelle.

Un entrelacement de branches de noisetier coupées vertes, donnera la forme finale de cette maisonnette.

Pour assurer l’isolation des murs, la structure porteuse est remplie avec des bottes de paille achetées sur place, un pare vapeur entre la paille et le bardage extérieur vient assurer l’étanchéité. La façade est recouverte d’un bardage en pin douglas 17 mm coupé dans une série locale et non traité.

 

cabane autonome
cabane autonome

 

Autoconstruction et budget

L’intérieur de la maisonnette sera fini par un habillage textile traité feu, lui donnant un aspect de yourte.

Pour éviter les intempéries, la toiture posée sur un ensemble de 24 perches taillées elles aussi dans les noisetiers de la parcelle, aura un large débord. Sur ces perches, j’ai décidé de visser du contreplaqué marin de 5 mm d’épaisseur, qui par sa souplesse permet d’épouser la forme ronde de la toiture. Une fois cet habillage en bois terminé, j’opte pour une couverture EPDM (sorte de membrane caoutchouc noir) qui sera collée à la colle acrylique sur les panneaux de bois.
Isolation en sous toiture grâce à la laine de bois de 10 cm.

Sur le bas de la toiture la membrane est relevée grâce à un fer à béton pour faire un chéneau.

 

Cabane en Auvergne

Portes et fenêtres double vitrage de récupération, une petite mezzanine, un panneau solaire et deux accumulateurs, un poêle à bois, une pompe à eau manuelle, une cuve de récupération eau de pluie, toilettes sèches et le tour est joué. En trois mois et pour moins de 7000 € nous avons pu réaliser cette maisonnette autonome de 20 m² plus 3 m² de mezzanine, dans laquelle il fait bon résider dans une odeur de paille très agréable. Devant une terrasse de 2,50 m par 5 m permet de profiter de la vue sur la campagne environnante. Une très belle aventure 🙂

cabane autonome
cabane autonome

Notre avis